Call of Duty tombe dans l’escarcelle de Microsoft

Le groupe Activision Blizzard est racheté par le fabricant de la Xbox contre un peu moins de 70 milliards de dollars. Le coût important de la transaction témoigne de la volonté de la firme acquéreuse de se tailler une place de choix sur le marché des jeux vidéo.

Microsoft ne lésine pas sur les moyens afin de nourrir ses ambitions. La firme américaine a annoncé ce mardi 18 janvier, le rachat contre 68,7 milliards de dollars en espèces, d’Activision Blizzard. Ce groupe, un des plus importants du secteur des jeux vidéo dans le monde, est connu pour avoir développé les très populaires « Call of Duty », « Overwatch » et « Candy Crush » entre autres.

Mais l’entreprise est en proie depuis plusieurs mois à des accusations de harcèlement sexuel. Des allégations ayant précipité le départ d’une soixantaine de ses employés identifiés comme indélicats. Plus important, la société dirigée par Bobby Kotick a perdu plus de 35% de sa valeur en Bourse au cours des sept derniers mois, en raison de ses déboires internes.

Investissement colossal

Le coût de son rachat n’en reste pas moins colossal. Cela représente même la plus grosse opération de toute l’histoire du secteur des jeux vidéo, à en croire Reuters. Le genre de transaction pour laquelle Microsoft prend un malin plaisir ces derniers temps. Le géant informatique a en effet pris possession de Mojang et de Zénimax respectivement en 2014 et en 2020 pour un montant combiné de 10 milliards de dollars. Un chiffre sans commune mesure avec celui investi sur Activision, mais révélateur de l’objectif du groupe : celui de rogner le plus de part de marchés possible dans une filière des jeux vidéo qui a plus que jamais le vent en poupe.

Dopé par la crise du Covid et ses restrictions, ce secteur du divertissement en ligne a vu davantage de personnes l’investir ces deux dernières années. À tel point que la levée des mesures sanitaires ne semble pas réduire son nombre d’adeptes. D’autant que les éditeurs misent de plus en plus sur le mobile pour attirer les « gamers ».

Numéro trois

De quoi faire développer un marché susceptible d’atteindre 116 milliards de dollars à l’horizon 2024, selon les estimations de la société de données spécialisée jeu vidéo Newzoo, citées par Reuters.

Avec Activision désormais sous sa coupe, Microsoft se positionne comme le troisième plus grand éditeur de jeux vidéo au monde en termes de chiffres d’affaires, derrière le Chinois Tencent et l’Américain Sony. Ses velléités expansionnistes ne devraient pas s’arrêter en si bon chemin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.