Un TGV de la SNCF en circulation

TGV : la SNCF veut fusionner Thalys et Eurostar pour créer une nouvelle compagnie européenne

 

D’ici deux ans, la SNCF souhaite créer une nouvelle compagnie européenne avec la fusion d’Eurostar et de et de Thalys. L’ensemble devrait employer 2000 personnes et transporter jusqu’à 30 millions de passagers, contre 18,5 millions actuellement.

Pour mieux concurrencer les compagnies aériennes low-cost, la SNCF a présenté vendredi un projet visant la création d’une nouvelle compagnie européenne de TGV à partir de la fusion d’Eurostar (qui assure les trajets entre l’Angleterre et l’Europe via le tunnel sous la manche) et de Thalys (qui effectue les liaisons TGV entre la France, la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas). La SNCF détient 55 % d’Eurostar. Le reste est réparti entre la Caisse de dépôt et placement du Québec (30 %), la société néerlandaise de transports publics Hermes (10 %) et la compagnie ferroviaire belge SNCB (5 %). Elle possède également 60 % de Thalys et la SNCB 40 %.

Plus besoin de réserver ses billets via deux sites Internet différents

Avec la fusion de Thalys et Eurostar, la SNCF ambitionne de faciliter le voyage en TGV dans le nord de l’Europe. « Aujourd’hui, chaque compagnie fonctionne indépendamment l’une de l’autre, avec son système de distribution de billet, son réseau, son programme de fidélité », souligne Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF. Les passagers n’auront donc plus besoin de réserver leurs billets via deux sites Internet différents. Un seul voyage suffira désormais. Le nouveau groupe devrait employer 2000 personnes et transporter 30 millions de passagers par an, contre 18,5 millions actuellement (11 millions pour Eurostar et 7,5 millions pour Thalys), soit une augmentation du trafic d’environ 50 %.

Des trains écolo face aux avions très polluants

Le projet de fusion, baptisé Greenspeed, est motivé par le besoin de surfer sur le mouvement « flygskam », qui signifie littéralement la « honte de prendre l’avion ». Avec 5% des émissions de gaz à effet de serre, l’avion est en effet l’un des moyens de transports les plus polluants après la voiture (15%). C’est pourquoi, Greta Thunberg, l’icône de la lutte contre le réchauffement climatique, refuse de prendre l’avion lors de ses déplacements. « On souhaite accompagner les citoyens dans cette démarche, car c’est le sens de l’Histoire. On peut imaginer que pour faire rouler les trains de cette nouvelle compagnie, aucune énergie fossile ne soit utilisée, que 100 % des déchets qu’elle produit soient recyclés, que l’écoconduite soit la norme et qu’un programme de reforestation y soit associé » estime Guillaume Pepy, le président du directoire de la SNCF, qui devrait passer la main à Jean-Pierre Farandou en novembre prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.