L'implant cérébral de Neuralink.

Neuralink : l’implant cérébral testé dans un cochon

 

Elon Musk progresse dans son projet d’interface reliant le cerveau aux ordinateurs. Sa start-up Neuralink a réussi à implanter une puce connectée dans le cerveau d’un cochon cobaye. Un prototype en vue de fabriquer la version pour les humains qui redonnera la parole et la mobilité aux personnes paralysées.

L’implant testé sur le cochon Gertrude 

Elon Musk, le patron de Tesla et de SpaceX, a organisé vendredi une conférence sur YouTube pour exposer aux internautes l’évolution de son projet d’interface homme-machine révolutionnaire. Pour faire la démonstration de cette technologie, le fondateur de Neuralink a présenté trois cobayes porcins, dont Gertrude qui a reçu l’implant dans une partie du cerveau liée au museau. Lors de l’expérimentation, Gertrude marchait sur un tapis roulant, le groin dans une mangeoire accrochée devant elle, pendant que la puce retransmet ses signaux neurologiques. Grâce à ces informations, l’ordinateur pouvait prédire à tout instant où se trouvait chacun de ses membres.

Selon Elon Musk, ce prototype d’implant Neuralink fonctionne « comme une Fitbit (montre connectée) dans votre crâne ». Il tisse plus de 1000 électrodes extrêmement fines (5 microns) dans le cerveau, pour le moment uniquement sur la surface corticale. A terme, le dispositif devrait s’insérer plus profondément dans la matière grise, afin de surveiller des parties comme l’hypothalamus.

« Sur le long terme, je suis certain qu’on pourra retrouver l’usage complet de son corps »

L’implant de Neuralink servirait d’abord à traiter les maladies neurologiques ou dégénératives. De quoi donner l’espoir de rendre la mobilité aux personnes paraplégiques. « Sur le long terme, je suis certain qu’on pourra retrouver l’usage complet de son corps », pronostique Elon Musk. L’implant pourrait également relever la température, la pression et les mouvements d’une personne de manière à prévenir d’une crise cardiaque.

La télépathie consensuelle bientôt à portée de main ?

En outre, le patron de Tesla espère mettre fin aux douleurs extrêmes, guérir les dépressions et addictions ou encore percer les mystères de la conscience. Par ailleurs, il a évoqué la possibilité de communiquer des pensées brutes, non limitées par les langues humaines – de la « télépathie non linguistique consensuelle et conceptuelle ».  Avec cet implant, Elon Musk rêve de créer une symbiose entre l’homme et l’intelligence artificielle.

Pour l’instant, l’implant n’a pas été testé sur un humain. Toutefois, Neuralink l’a essayé en 2019 sur un singe qui a pu « prendre le contrôle d’un ordinateur », si l’on en croit Elon Musk.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *